La science-fiction au cinéma expliquée par la science

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La science-fiction au cinéma expliquée par la science

Message par hyu le Mar 4 Mar - 16:14

Voyage dans le temps, téléportation et monstres terrifiants




La science-fiction au cinéma expliquée par la science



Un
lézard géant qui attaque New York a fait, entre vendredi et lundi
derniers, un carton au box-office américain, avec 46,1 millions de
dollars de recettes pour Cloverfield.



Les réalisateurs ne s’y trompent pas : les spectateurs adorent les
films de science-fiction. Il suffit, pour s’en persuader, de regarder
les films sortis récemment (Le Dragon des mers, Jumper), ceux à venir
(le dernier volet d’Indiana Jones et le nouveau de Terminator). La
science a-t-elle quelque chose à voir avec la science-fiction ? Nous
avons demandé à la Tunisienne Kawthar Ayed de nous éclairer sur ces
exemples. Au carrefour de la littérature, des sciences et des
civilisations, elle prépare un doctorat en littérature comparée sur la
science-fiction arabe et occidentale, en cotutelle avec l’université de
Sousse en Tunisie et d’Aix-Marseille.


Quand la science s’inspire de la fiction



JUMPER. L’histoire : depuis qu’il a découvert qu’il pouvait se
téléporter n’importe où sur terre, le monde n’a plus de limite pour
David Rice. Les murs ne l’arrêtent plus et aucun coffre de banque ne
lui résiste. La téléportation est-elle un fantasme de l’homme où un
jour pourra-t-on changer d’endroit sans se déplacer ? On peut imaginer
que oui, puisqu’on arrive déjà à téléporter des particules. « La
technologie de la téléportation de particules, en tant que concept, a
été inventée par des auteurs de science-fiction, et largement
vulgarisée par la série télé Star Trek en 1966 », explique Kawthar
Ayed. Les expériences se réfèrent pour l’essentiel à l’effet EPR, du
nom des trois scientifiques Einstein Podolski Rosen. Leur hypothèse :
que les particules peuvent agir les unes sur les autres, sur place ou à
distance. En 1977, une étude publiée dans la revue Nature révèle que
des physiciens ont réussi à faire déplacer des particules. « Les
scientifiques disent que dans dix ans, on pourra téléporter des
virus », précise la chercheuse. « Mais attention, il ne s’agit pas de
la même téléportation que dans Star Trek ! On ne transfère pas un objet
d’un émetteur à un récepteur par transfert d’énergie. On détruit une
particule sur place pour la recréer à un autre endroit. Ce qui pose,
par ailleurs, de sérieux problèmes éthiques… » TERMINATOR 4. John
Connor, âgé de 30 ans, leader charismatique de la résistance humaine
face aux machines, mène une lutte à mort pour sauver ce qui reste de
l’humanité... Les deux prochains épisodes seront surtout axés sur le
voyage à travers le temps. Voyager dans le temps, est-ce que ce sera
possible un jour ? Il nous manque la technologie pour le faire. « En
science-fiction, il existe deux types de voyages : dans le passé et
dans le futur », commente la chercheuse. « Le plus logique étant le
voyage dans le futur, puisque celui dans le passé implique des
paradoxes temporels. » Exemple : si on remontait le temps et qu’on
tuait son grand-père, on ne pourrait pas exister dans le présent et
donc, revenir dans le passé. « En ce qui concerne le voyage dans le
futur, on peut dire que les dilatations dans le temps, prouvée par la
relativité restreinte d’Einstein, s’en approchent. De quoi s’agit-il ?
Si vous voyagez dans l’espace à une vitesse proche de celle de la
lumière, et que vous revenez sur Terre, les quelques jours que vous
aurez passé dans l’espace correspondent en fait à des années sur la
Terre. C’est une forme de voyage dans le temps. » De même, il existe
des raccourcis « espaces-temps ». Dans l’espace, entre deux trous
noirs, il existerait un tunnel. « Si on le traversait, en parcourant
d’aussi grandes distances, on voyagerait forcément dans le temps. »
Bref, en théorie, le voyage dans le temps est possible, mais il nous
manque la technologie. Dans le premier cas, nous ne savons pas encore
nous déplacer à la vitesse de la lumière. Dans le second cas, la force
d’attraction dans les trous noirs est telle qu’un vaisseau ou un être
humain entier serait déchiqueté en quelques instants. On ne pourrait y
mettre que des particules. Autre alternative : on pourrait aussi créer
artificiellement ces raccourcis.


Quand la fiction fait réfléchir sur la science



INDIANA JONES 4. Le quatrième et dernier épisode des aventures du
célèbre archéologue Indiana Jones qui devra lutter contre son ami Mac,
un archéologue rival. Dans la jungle, il affronte des fourmis géantes
et des guerriers mayas ressuscités. Risque-t-on un jour d’être dépassé
par des espèces animales plus puissantes que nous ? Oui, c’est
envisageable. « Deux facteurs peuvent nous y conduire : la pollution
radioactive et les manipulations génétiques », estime Kawthar Ayed. On
sait que les catastrophes nucléaires du XIXe siècle ont altéré
l’écosystème. En Irak, des soldats américains ont trouvé des araignées
géantes dans des zones bombardées en uranium appauvri. Qui peut dire
quels seront les effets à long terme ? » On peut aussi imaginer, au
stade où en sont les expériences sur le clonage portées à la
connaissance du grand public, que d’autres résultats encore plus
avancés sont gardés secrets.


Quand le fantastique dépasse la fiction



LE DRAGON DES MERS. En Ecosse, loin de la Seconde Guerre mondiale qui
fait rage, le jeune Angus MacMorrow découvre un étrange objet qu’il
ramène chez lui en cachette. Angus et celui qu’il a baptisé Crusoé vont
vivre mille péripéties et redonner un nouveau souffle à une des
légendes les plus anciennes du monde, celle du Loch Ness... Existe-t-il
vraiment un monstre dans le Loch Ness ? « Les monstres mythologiques
n’appartiennent pas à la science-fiction, mais au fantastique »,
souligne la doctorante. Il convient de distinguer les deux univers, car
chacun est régi par ses propres lois. « La science-fiction relève du
vraisemblable, le fantastique de ce qui n’est pas explicable par la
science. Exemple : donner la vie à un zombie, ressusciter un vampire…
La présence de figures terrifiantes comme un cyborg est légitimée par
un logique propre à l’histoire, qui s’appuie sur la science. »

hyu
Admin
 Admin

Masculin
Nombre de messages : 4953
Age : 26
Localisation : Affreville
Emploi/loisirs : Etudiant
Etudiant en : Science et technologie "ST"
Réputation : 0
Points : 9842
Date d'inscription : 23/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://refuge-zone.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: La science-fiction au cinéma expliquée par la science

Message par rachid.65 le Mar 4 Mar - 23:22

aziz :(désolé mais j peu pas lire tt sa)
moi j déteste les film science ficiton (sa m raporte rien )

rachid.65
Grand Discuteur (euse)

Masculin
Nombre de messages : 720
Age : 28
Localisation : miliana
Emploi/loisirs : etudiant
Etudiant en : cool
Réputation : 0
Points : 9777
Date d'inscription : 31/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://destruction-club.1fr1.net/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum